Mon Cauchemar et moi

Plongez dans un monde étrange et envoûtant...

Collection: Styx - Date de Publication: le 17 Juin 2010

Quel enfant ne s’est jamais réveillé en pleine nuit en proie à une terreur nocturne ? Plongé dans un univers haut en couleurs, notre jeune héros brise le tabou des peurs enfantines en se liant d'amitié avec son pire cauchemar. Son parcours initiatique avec cette étrange créature va cependant prendre au fur et à mesure du récit une tournure de plus en plus inquiétante...

A mi-chemin entre le bestiaire fantasmagorique foisonnant de vie de Miyazaki et l’univers gothique de Burton, Yohan nous délivre un conte enfantin qui s’avère plus sombre qu’il n’y paraît.

  • Yohan Sacré

    Né en 1989, Yohan a passé sa courte vie la tête dans les nuages, à dessiner dans les marges de ses cahiers d’école. Autodidacte, il débute à 16 ans dans le monde de la BD, participant à divers conc...

Interview

Comment  est  né  le  scénario  de Mon Cauchemar et moi ?
Yohan : Pour tout dire, juste après avoir terminé l’école, j’avais envie de me lancer une sorte de défi. Je me suis dit que j’allais travailler directement sur un projet personnel. L ’idée était vraiment de faire ce qui me plaisait et me parlait. Je me suis donc fixé d’écrire et de dessiner une planche par jour. Au début, je partais sur quelque chose de totalement vague, mais très vite tout s’est installé dans ma tête. J’inventais la suite chaque jour, mais je connaissais la fn et le but de mon histoire. Il faut dire que je déborde toujours d’idées, à un tel point que j’en ai souvent mal au crâne. Comme un don et une malédiction (rires). Pour ma fin je voulais vraiment quelque chose qui touche les gens, ne pas les décevoir. J’ai profité du début calme de mon histoire pour retourner la situation et chambouler le lecteur.

Le processus d’édition chez manolosanctis est particulier, pouvez nous expliquer le parcours de votre album avant son édition ?
Y : Manolosanctis m’avait contacté plusieurs mois avant de mettre en ligne le site. Je me suis dit que c’était la plateforme parfaite pour mettre en forme mon projet, jour après jour. C’était aussi un bon plan pour promouvoir du suspens et ce genre de réactions. Lorsque  j’ai  terminé mon histoire en noir et blanc, j’ai fait tourner auprès des éditeurs. Ceux-ci étaient pour la plupart intéressés mais n’osaient pas  prendre  le  risque d’éditer mon histoire à cause de son propos particulier. Heureusement, manolosanctis m’a directement contacté pour le signer. Je les remercie encore pour leur façon de voir autrement que les éditeurs dont je viens de parler… 

Quelles ont été vos références pour cet album ? On ne peut s’empêcher de penser aux aventures de Little Nemo.
Y : C’est étrange, je connais, bien sûr, Little Nemo. Mais  je n’ai  jamais eu l’occasion de pleinement le lire. Oui  je sais c’est honteux de dire ça (rires). Pour le reste je pense que je suis comme tous ceux de ma génération, une véritable éponge. C’est à dire que comme tout a été fait et que nous reçevons beaucoup trop d’informations nous ne créons plus rien. Nous n’inventons rien, disons qu’on déforme ce qu'on a acquis pour obtenir quelque chose de neuf et personnel. Contrairement à ce que l’on pourrait penser, mes références sont  avant tout cinématographiques. Et attention, je parle au sens large, c’est-à-dire que je fais bien attention à ce genre de narration, aux cadrages...Même au niveau des lumières ou des sons. Disons que je transpose tout au format papier. Bien sûr dans une bd il n’y a pas de sons, mais une certaine scène dans mon esprit aura telle ou telle bande-son. Pareil pour les couleurs. J’ai fait quelque chose de très simple pour vraiment coller à mon idée et mon  thème. C’est  beaucoup plus complexe qu’on l’imagine, au final...D’autre part, je suis un admirateur absolu du symbolisme dans les contes de fées. Pour ma part les thèmes de l’enfance et de la mort sont primordiaux. Mais finalement, tout m’inspire puisque pour moi tout se rejoint, et forme un tout. Mais attention, je ne veux pas non plus tomber dans ce qu’on pourrait prendre pour de la philosophie ou quoi que ce soit. Non, j’explique juste les choses comme elles sont, ce que c’est que la vie, le fait de vivre, simplement.

Sales Points

-A vingt ans seulement, Yohan compte parmi les jeunes espoirs de la bd franco-belge. Il a déjà été publié dans un ouvrage collectif de Café Salé. -Un rêve éveillé qui rappelle Max et les Maximonstres, le best-seller de Maurice Sendak -Des influences qui vont de Miyazaki à Burton en passant par le réalisateur Wes Anderson

Categories Aventure/fantastique
Trailer

Caractéristiques

Isbn 9782359760040
Nombre de pages 72
Dimensions 170 x 240 mm à la française
Cover Format carton 1440 g, 2, 4 mm
Cover Paper carton 135 g, 2, 4 mm
Papier intérieur Munken Pure 130 g
Qualité d'impression 150 lpi
Bookbinding Format cartonné, cousu, dos arrondi, vernis sélectif