Skins Party

Pas d'interdits, pas de limites

Collection: Gomorrhe - Date de Publication: le 17 Février 2011

Avis aux skinneurs et skinneuses : soirée NO LIMIT ! Toujours plus d'alcool et de musique… A cette soirée, tout le monde se lâche pour fêter DIGNEMENT le week-end !! Dresscode : Tenue plus que correcte -OU- tenue plus qu'incorrecte, à vous de voir !

Avec son dessin léché et la distance froide de sa narration, Timothé Le Boucher nous livre un récit d’une violence inouïe, qui n’est pas sans rappeler les premiers romans de Bret Easton Ellis. Reprenant tous les codes du teen-movie et nous immergeant dans le monde immature et sulfureux des skins parties, il déroule le fil implacable de ce drame aux accents de descente aux enfers.

  • Timothé Le Boucher

    Timothé Le Boucher a 22 ans. Passionné de dessin et de bande dessinée depuis son enfance, il décide de s’y consacrer et étudie actuellement la bande dessinée aux Beaux-Arts d’Angoulême. Sur les con...

Interview

Ton album traite des Skins Parties, fêtes dans lesquelles les jeunes se retrouvent pour avoir des sensations fortes par n'importe quel moyen : alcool, drogue, sexe. D'où t'est venue l'envie d'aborder ce sujet ?
T : C'est en lisant Black Hole de Charles Burns, qui traite entre autres du malaise des adolescents et du passage à l'âge adulte, que m'est venue l'envie de faire une bande dessinée sur la jeunesse et les soirées. J'adore faire la fête avec mes amis et je pense que le milieu de la nuit est propice à raconter des histoires. J'aime l'ambiance colorée exacerbée par la nuit. J'ai commencé par deux petites planches en noir et blanc. L'histoire commençait de la façon suivante : des adolescentes se préparent à aller en boîte de nuit en discutant de choses superficielles. J'avais conçu mentalement toute une histoire et j'avais même prévu le chapitrage. J'aime bien cette idée d'avoir un même événement raconté et mis en forme sous plusieurs angles. Mais avec la période des examens, j'ai mis ce projet de côté. Plus tard, Maxime [directeur éditorial de manolosanctis] m'a contacté et j'ai tout de suite pensé à cette histoire. Au même moment les "Skins" ont commencé à émerger un peu partout, j'aime bien cet univers délirant et son esthétique souvent trash et enfantine, les déguisements surréalistes, l'exagération et l'absence de règles.

Le découpage de l'histoire est très intéressant : il faut lire la bd jusqu'à la fin pour vraiment comprendre ce qui est arrivé aux personnages. Comment as-tu travaillé la trame de l'histoire ?
T : Dans la première version de l'histoire, je me suis aperçu qu'il y avait trop de personnages et de chapitres inutiles. J'ai bien senti que la structure du projet était bancale. Grâce à l'équipe de manolosanctis et à ses conseils, j'ai retravaillé l'histoire pour que celle-ci soit plus structurée et plus pertinente. Ainsi, Skins Party est divisé en cinq chapitres, et chacun d'eux raconte l'histoire d'un personnage dans la soirée sous un angle différent. Ce que je voulais, c'était créer une relation de cause à effet entre les chapitres, c'est pourquoi j'ai commencé par concevoir le drame de la fin, et j'ai cherché à l'expliquer dans chacun des chapitres précédents. Par la suite, j'ai peaufiné mon travail en ajoutant des petits détails ici et là. Mon but était de créer une histoire dans l'histoire. C'est-à-dire que chaque chapitre raconte une histoire qui lui est propre mais que les parts d'ombres ne peuvent être comprises qu'en lisant la dernière histoire.

Depuis Phantasmes et 13m28, les deux collectifs de manolosanctis auxquels tu as participé, comment a évolué ton travail d'auteur ?
T : Le passage du récit court à un récit d'une centaine de pages m'a obligé à structurer mon travail. J'ai réalisé une "time line" pour avoir une vision globale du livre. Ainsi, j'ai organisé, architecturé un rythme et une narration adaptés à une expression plus longue. Avec Skins Party, j'ai pu expérimenter une nouvelle manière d'utiliser la couleur. En effet, je crois que les boîtes de nuit sont des endroits propices à l'expression de couleurs audacieuses. Je suis toujours en quête d'amélioration de la justesse et de l'expressivité de mes dessins, afin que ceux-ci soient en corrélation avec le travail effectué sur les dialogues. Je pense que je suis en constante évolution grâce à mes découvertes littéraires et à mes cours aux Beaux-Arts.

Sales Points
  • une immersion dans les Skins parties, un phénomène de société sulfureux
  • un univers graphique riche et personnel : dessin impeccable et léché, couleurs sous acide, identité visuelle forte
  • Un récit choc qui reprend les codes du teen-movie
Categories Drame
Trailer

Caractéristiques

Isbn 9782359760170
Nombre de pages 112
Dimensions 190x270 mm à la française
Cover Format cartonnée, quadrichromie
Cover Paper offset mat 130 g, carton 2,4 mm
Papier intérieur Arctic Volume 150 g
Qualité d'impression 175 lpi
Bookbinding Format cousu, pelliculage mat