Desert Park

Qu’y a-t-il au bout de la route ?

Collection: Karma - Date de Publication: le 2 Décembre 2010

Filant à toute allure au volant de son vieux cabriolet, David s’abandonne à ses souvenirs... Il a dix ans ; lui et ses parents sont en vacances. À cause d’une récente tempête, le parc de loisirs est dévasté, il n’y a plus d’eau dans les piscines, le toboggan est détruit. Cela ne l’empêche pas de rencontrer une bande d’enfants de son âge avec qui il va rapidement se lier d’amitié, pour le meilleur et pour le pire... Au fil d’un road-trip halluciné entrecoupé de souvenirs d’enfance, David va progressivement se résigner à affronter le douloureux passé qu’il trouvera au bout de la route.

De par son trait faussement fragile et son audacieux sens de la composition, Thomas Humeau nous dresse un portrait sensible de ces cinq adolescents évoluant dans un univers saisissant et atypique, qui n’est pas sans rappeler celui de Gus Van Sant.

Interview

Ton trait et en particulier tes couleurs rendent ta BD très immersive. Quelles sont tes références pour de telles ambiances ?
T : Je n'ai pas de références très précises… J'essaie d'être le plus simple possible, j'aime beaucoup ce que peuvent faire Blain ou des coloristes comme Hubert et Walter. Je viens du graphisme où j'ai appris, je pense, à radicaliser et être percutant. Cela vient peut-être de là. Ce n'est que très récemment que j'ai commencé à mettre en couleur mes dessins. J’aime les ambiances marquées qui font sentir qu’on passe d’une scène à une autre, surtout que Desert Park est une histoire passant sans cesse de souvenirs d'enfance à la réalité. Je rêve aussi de faire des couleurs à l'aquarelle comme Gipi, plus tard.

Quel rôle a joué la communauté manolosanctis dans le développement et les évolutions de l’album ?
T : Même s'il existe déjà beaucoup de sites ou de forums de dessinateurs, manolosanctis offre vraiment la possibilité de lire de nombreuses BD grâce à la visionneuse. C’est d’ailleurs une vraie source de motivation quand on voit le talent de certains. Le fait que les gens puissent soutenir l'album et rédiger des critiques est vraiment bénéfique. On ne se sent pas tout seul derrière sa feuille de dessin (ou plutôt derrière son ordinateur, pour moi qui utilise la palette graphique).

Les conditions de vacances que tu relates dans l’album sont assez chaotiques. Rassure-nous, tes souvenirs de vacances ne sont pas aussi terribles ?
T : L'enfance est vraiment un thème qui m'attire et que j'ai envie de développer en profondeur. Bien heureusement, il ne m'est pas arrivé tout ce qui se déroule dans l'album. Déjà, avoir pour cadre le parc dévasté me plaisait, parce que d'un lieu de vacances idyllique, on passe à un endroit de désolation. Ce ne sont donc plus les conditions de vacances classiques, et c’est ce qui amène les personnages à évoluer dans une atmosphère décalée. Ensuite, les conséquences de l'enfance sur l'adulte est un thème qu’il m'importait de traiter en bande dessinée.

Les vacances sont habituellement un sujet plutôt léger. Pourquoi avoir pris le parti de le tourner de manière tragique ? 
T : Quand on est enfant, la période des vacances est une période très marquante, bien plus que lorsqu'on est adulte, où cette période a tendance à se confondre avec la vie de tous les jours. Les enfants y font des choses différentes du reste de l'année, c'est le moment de toutes les découvertes. L'idée de ne pas relater une histoire de soleil, de mer, de plage et de teenagers me plaisait bien. Comme dans Desert Park, mes meilleurs souvenirs de vacances d'enfant se sont passés à la montagne. Généralement il n'y avait pas beaucoup de monde, c'est peut-être pour ça que je suis attiré par les ambiances très contemplatives.

Sales Points
  • un témoignage du monde de l’adolescence, dans la pure veine des films de Gus Van Sant et de Sophia Coppola
  • une intrigue subtile qui nous mène implacablement à la révélation finale
  • un auteur au trait sensible et au sens de la couleur avéré
Categories Drame
Trailer

Caractéristiques

Isbn 9782359760125
Nombre de pages 96
Dimensions 190 x 270 mm, à la française
Cover Format cartonnée, quadrichromie
Cover Paper offset mat 135 g, carton 2,4 mm
Papier intérieur Munken Pure 130g
Qualité d'impression 150 lpi
Bookbinding Format cousu, dos arrondi, pelliculage mat, vernis sélectif